Hephaistos

Les cyclopes secondaient Hephaistos dans son ouvrage. Ses symboles sont le marteau et l’enclume. Le dieu boiteux a l’image d’un forgeron fabuleux, qui a confectionné des bijoux, des palais, des armes ou des trônes pour les principales divinités de la mythologie grecque. On compte parmi les armes légendaires fabriquées par Hephaistos, la cuirasse de Diomède et le bouclier d’Achille. Les épopées lui attribuent une multitude de réalisations et notamment la majeure partie des objets magiques.

Hephaistos, un dieu de la forge toujours représenté avec sa béquille

Une béquille est l’un des attributs d’Hephaistos, ainsi que le marteau, l’âne, le bouton d’or et l’enclume. Le Parthénon, sur à Athènes, représente le dieu forgeron affublé d’une béquille. « L’illustre Boiteux » reste l’un de ses épithètes. Diverses raisons ont été données par les mythographes quant à l’origine de la boiterie d’Hephaistos, comme les hideux démons chtoniens ou l’intoxication à l’arsenic.

Hephaistos le bancal est systématiquement associé à une compagne qui représente la perfection physique. Le dieu du feu serait le père d’Érichthonios, roi légendaire d’Athènes, enfanté par son sperme jeté à terre par la déesse de la prudence. C’est pour cela que les Athéniens sont parfois nommés « les enfants d’Hephaïstos ». Le dieu forgeron a été l’époux de l’une des Charites d’après « L’Iliade ». Les différents récits ne livrent par la même variante sur le mariage et les enfants d’Hephaistos.

On lui accorde souvent le statut de souverain de l’île sicilienne. Effectivement, il travailla au coeur de l’Etna, où il avait construit sa forge, assisté de cyclopes et d’une nymphe. Pour certains mythographes, c’est Hephaistos qui a attaché Prométhée le titan à un rocher lorsque celui-ci chercha à dérober le feu pour l’offrir aux hommes. Durant la seconde Guerre de Troie, Hephaistos a combattu dans la coalition des Achéens, constituée des dieux rassemblés devant la ville. En réalité, il n’a pas pris part à beaucoup de guerres.

Une histoire houleuse

Jeté du haut du mont Olympe par sa mère qui le trouvait répugnant, Hephaistos fut sauvé au fond de la mer par les nymphes Thétis et Euronymé. Il fut ramené de force dans l’Olympe par Dyonisos. Le dieu de la vigne et du vin l’avait enivré. On trouve une autre version selon laquelle c’est Zeus qui l’a jeté du haut du mont Olympe puis il a atterri sur l’île de Lemnos, où il fut recueilli par des habitants.

D’Athènes en Italie, le culte d’Hephaistos

Les Héphaïsties sont des festivités de l’Antiquité entièrement consacrées à Hephaistos. Hephaistos reste commémoré dans l’île de Siciledes événements miraculeux lui sont attribués. Différentes fêtes grecques le mettent à l’honneur. On peut citer les exemples de la fête des phratries, des Panathénées et de la Chalkeia. Dans la cité de ce dieu, on allumait chaque année un feu nouveau pour l’offrir aux artisans.